The European Alliance on Agricultural knowledge for Development

Atelier de clôture consortium BIOPROTECT

12-13 juillet 2018. Ouagadougou. Burkina Faso. Dans l’optique de présenter les résultats obtenus au cours de ces 4 ans d’activité, un atelier de clôture a été organisé au centre Notre-Dame de Lorette.

Le consortium BIOPROTECT est né de plusieurs constats, notamment l’accélération de la dégradation des sols sous l’effet de l’homme (désertification, utilisation maladroite des pesticides chimiques, pression démographique croissante) et du changement climatique. 

De la gauche vers la droite :
Dr. Jonas MUGABE coordonnateur de PAEPARD,
M. Claude Arsène SAVADOGO Coordinateur du consortium,
M. Ousmane ZONGO, Directeur du développement
de l’entreprenariat agricole, représentant M. le Ministre de
l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques,
M. Marc CASTRAN représentant la Délégation de
 l’Union Européenne,
Dr. Rémi KAHANE représentant du CIRAD/AGRINATURA
et coordinateur Europe de PAEPARD
Constitué de plusieurs acteurs issus d’organisations paysannes, du secteur privé (BIOPHYTECH, BIOPROTECT-B), d’Organisations Non Gouvernementales (ARFA) et de la recherche (INERA, IRD), le consortium s’est donné pour tâche d’améliorer la qualité de la matière organique par l’adjonction du champignon bénéfique Trichoderma sp. 
C’est dans ce cadre que le consortium BIOPROTECT a bénéficié d’une subvention de 250 000 € du Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA) au titre de la subvention SUB-GRANT-BIOPROTECT-B-BURKINA FASO/FARA-PAEPARDII-CRF-CONSORTIUM AGREEMENT/DCI FOOD/2013/308-657 pour la mise en œuvre de son projet « effets des amendements organiques enrichis au Trichoderma sp. appliqués aux productions maraîchères dans la zone subsaharienne ». 
Ayant duré quatre (4) ans, le projet avait pour objectif d’améliorer le potentiel agronomique des amendements organiques, développer/diffuser des techniques innovantes basées sur l’utilisation de souches locales de Trichoderma, former/conseiller les producteurs dans la production et l’utilisation de la matière organique enrichie au Trichoderma sp. 

Cet atelier se voulait un cadre d’échange et de partage des résultats obtenus, et aussi de réflexion sur les stratégies d’approfondissement de certaines questions et de dissémination des acquis. Il a vu la participation active de décideurs politiques, de chercheurs, de cadres du ministère de l’agriculture, d’organismes de financement, de représentants d’ONG, d’organisations paysannes, des bénéficiaires et parties prenantes directes du projet.

Outre la présentation des résultats, l’atelier comprenait deux panels de discussion : le premier était animé par les producteurs et les membres du consortium pour discuter des enjeux autour des amendements organiques ; le second était animé par les représentants d’organismes de financement et des politiques publiques pour discuter de l’appui à l’innovation en

agriculture.

References:


Source: PAEPARD FEED

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *