The European Alliance on Agricultural knowledge for Development

Les achats publics au service de l’agriculture familiale

28 juin 2016. Namur, Belgium. Séminaire organisé par le Collectif Stratégies Alimentaires dans le cadre du projet international «Echanges d’expériences et plaidoyer sur l’implication des organisations paysannes dans les programmes publics générateurs d’activités économiques à orientation emploi-environnement » financé par la Wallonie.

La journée était organisée autour de trois sessions :
Programme séminaire Achats publics- 28 juin (PDF – 662.7 ko)
  1. Défis de l’organisation de l’offre : renforcer les capacités des producteurs. Les organisations de producteurs agricoles ou organisations paysannes (OP) jouent un rôle central dans la mise en place des programmes d’achats publics. Elles sont en effet impliquées dans l’analyse des conditions de mise en marché par les producteurs et la négociation de meilleures conditions de transaction appliquées par les acheteurs institutionnels. Elles interviennent également pour améliorer l’organisation de la filière en termes de programmation de l’offre en fonction de la demande (organisation de l’offre -étalement, groupage-, mise en marché collective, …). Elles interviennent dans le renforcement des capacités de leurs membres en termes de contractualisation, respect des conditions des cahiers des charges. Enfin, elles fournissent des services pour améliorer l’accessibilité des intrants et du crédit de campagne. 
  2. Défis de l’organisation de la demande : rencontrer les besoins des consommateurs tout en remplissant un rôle incitatif, au bénéfice des producteurs. L’achat public complique le métier d’intermédiaire entre le fournisseur et le consommateur. Ce « négociant » se doit de rencontrer les besoins des consommateurs tout en remplissant un rôle incitatif, au bénéfice des producteurs et/ou d’autres bénéfices sociaux et environnementaux. Jusqu’où ces deux pans de leurs métiers sont compatibles ? Comment arrivent-ils à adapter leurs manuels de procédures, leur logistique, la capacité de leur personnel pour s’adapter à cette double contrainte ? 
  3. Quelles conditions associer aux achats publics pour assurer un impact social et environnemental favorable ? De l’objectif politique à la mise en œuvre d’un programme d’intervention jusqu’aux aux incidences sociales et environnementales, le chemin est long. Il est pavé d’intentions, de mesures plus ou moins bien conçues, lesquelles sont appréhendées par les parties prenantes qui les transposent dans leurs activités d’entrepreneurs, d’institutions etc. Comment le pilotage de ces politiques et programmes fonctionnent-t-ils et prennent-ils en compte les constats des parties prenantes et les incidences sociales et environnementales réelles?


Source: PAEPARD FEED

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *